Entre les caraïbes et Montreal, Rodolphe Sueur sera à Tattoo Nouvelle Ère.

Rodolphe est un français d'origine installé à  Montreal. C'est ici qu'il à  découvert sa passion pour le tatouage. Nous sommes heureux de vous le faire découvrir aujourd'hui. Voici un artiste au style unique qui sera avec nous cette année au festival de Tattoo Nouvelle Ère.

TNE: Pourrais-tu te présenter brièvement et nous parler un peu de ton histoire?

RS:  Francais installé depuis plus de 10 ans à Montréal, je voyage souvent entre Montréal et les Caraibes pour le tatouage.

 

TNE: Dans quel studio travailles-tu présentement ? 

RS: Mon studio privé est installé à Montréal dans le mouvementé Hochelaga. Je voyage aussi régulièrement pour tatouer dans tattoo shop de mon ami John Bodygraphic en Guadeloupe, Caraibes, ou je me trouve d’ailleurs en ce moment.

 

TNE: Depuis combien d'années est-ce que tu tatoues?

RS: Depuis maintenant 6 ans.

 

TNE: As-tu toujours voulu être tatoueur ? Comment en es-tu arrivé là? Qu'est-ce qui t'as poussé vers le métier?

RS: Pas du tout! Je n’aimais d’ailleurs pas du tout le tatouage en général. La culture tattoo était bien différente en France il y a dix ans, et j’ai commencé à m’y intéressé énormément en découvrant une autre vision du tatouage en arrivant à Montréal. Ce sont plusieurs tatoueurs maintenant réputés de Montréal qui m’ont inspiré, dont Nick King qui m’a appris les bases techniques du métier. La découverte de travaux couleurs d’une qualité folle m’ont poussé à enfin utiliser mes talents artistiques de manière professionnelle.

 

TNE: Comment décrirais-tu ton style? Peux-tu nous parler de tes principales influences? (Tatoueurs ou autres)

RS: Difficile à dire, j’ai appris à ne plus suivre les règles principales, mes lignes sont fuyantes, mes couleurs s’éparpillent, j’essaie juste de faire différent.

 

TNE: Qu’est-ce qui t’a plu et attiré vers ces genres spécifiques ?

RS: Je m’amuse plus, j’ai plus de liberté pendant le tattoo lui même, je ne sais jamais d’avance à quoi ressemblera le résultat final.

 

TNE: Si tu n'étais pas tatoueur, quel serait ton métier?

RS: Je ne me suis jamais posé la question, j’aime ce que je fais.

 

TNE: Selon toi, es-ce que le tatouage est une forme d’art ou bien un artisanat ? Et pourquoi ?

RS: Dure question. Les deux c’est certain, mais difficile à expliquer.

 

TNE: Pratiques-tu d'autres formes d'arts?

RS: Non, j’aime trop profiter des mes temps libres avec ma famille et mes amis et ne trouve donc pas le temps pour autre chose.

 

TNE: Ou trouves-tu ton inspiration? 

RS: Dans pas mal tout ce qui nous entoure, tout en essayant de ne pas trop m’inspirer des autres, pour essayer tant que possible de rester moi meme dans mon travail.

 

TNE: Comment fonctionne généralement l'approche avec ta clientèle? Fais-tu surtout des pièces sur demande ou ils puisent dans tes flash?

RS: Toujours sur demande, en commençant avec un tête à tête de Brainstorming.
 

TNE: Quelle atmosphère préfères-tu pour tatouer? (musique, aire ouverte avec collègues, salle privée etc..)

RS: Je compte bien fermer mon studio privé pour un nouveau projet, ne pas avoir de collègues avec qui échanger et passer du bon temps me manque trop.

 

TNE: Comment décrirais-tu l'évolution de ton travail à travers les années?

RS: Je m’ennuie vite et pourrais trop vite vouloir arrêter le tatouage si je ne fait pas évoluer mon style régulièrement.

 

TNE: Est-ce que le tatouage te fait voyager? Quand tu pars tatouer à l'étranger est-ce que tu vois une grande différence avec ta clientèle habituelle?

RS: Grosse différence dans la clientèle entre la france et le Québec, pour le reste, j’ai beau voyager beaucoup, je garde ca souvent pour le loisir et laisse mes machines à la maison.

 

TNE: Fais-tu beaucoup de conventions? Qu'est-ce que tu aimes particulièrement en convention? et n'aime pas?

RS: Nouvelle ère sera ma première que j’accepte de faire, ne sachant pas comment se passera de tatouer en foule, j’ai très hâte de voir.

 

TNE:Quel est le but ultime que tu t'es fixé par rapport à ton travail? Qu-Est-ce que tu vises? 

RS: C’est assez trouble. Je suis fière de mon travail, mais les meilleurs compliments que je peux attendre de recevoir, ce sont des autres artistes tatoueurs. La reconnaissance des autres professionnels, c’est le plus important pour moi pour l’instant. Et bien évidement le projet d’ouvrir un grand shop dans la belle Montréal.

MERCI RODOLPHE D'AVOIR PRIS LE TEMPS DE RÉPONDRE À NOS QUESTIONS. :)

En
Fr