Hans Deslauriers et son univers surprenant !

Hans est un jeune tatoueur au style surréaliste et dynamique et son art est unique en son genre et ses concepts particuliés résident dans les contrastes entre des portraits noir et gris et des éléments graphiques de couleurs saturées. Tattoo Nouvelle Ère est heureux de vous présenter un artiste original qui sort du lot!

Nous nous sommes entretenus avec Hans au sujet de son travail, de ses inspirations et de son art. Continuez à lire pour en savoir un peu plus sur lui et ses oeuvres.


TNE: Pourrais-tu te présenter brièvement et nous parler un peu de ton histoire?

HD: J’ai 23 ans,  je viens de Saint-Marc-Sur-Richelieu sur la Rive-Sud de Montréal. Je n’ai jamais étudié ou pris des cours en art, mais j’ai toujours dessiné et touché à l’art dans toutes ses formes. Je crois que ça s’est vraiment concrétisé quand j’ai commencé à tatouer.

 

TNE: Dans quel studio travailles-tu présentement  ?

HD: Je travaille au Wolfgang social club dans Hochelaga.

 

TNE: Depuis combien d'années est-ce que tu tatoues?

HD: Depuis 3 ans et quelques mois..

 

TNE: As-tu toujours voulu être tatoueur ?

HD: Plus jeune, je n’imaginais même pas le tatouage comme une ''vraie job''.  Il faut dire que personne de mon entourage n’est vraiment tatoué. Même quand j’ai acheté mes premières machines, je voyais le tattoo plus comme un passe-temps, pour moi, être capable d'en vivre était un peu inaccessible. Encore aujourd’hui je trouve ça fascinant et je me trouve vraiment chanceux de pouvoir vivre du tatouage.

 

TNE: Comment en es-tu arrivé là? Qu'est-ce qui t'a poussé vers le métier?

HD: Difficile à dire, j’ai commencé à visiter les conventions vers l'âge de 15 ans, je passais mes journées là-bas et j’avais le temps de voir tout les ''booths'' au moins 15 fois. C’est ce qui m’a donné la piqûre. Un peu plus tard, j’ai rencontré une amie qui tatouait et je me suis acheté un " kit cheap" sur internet. Je me tatouais les cuisses dans ma cuisine à temps perdu. J’ai expérimenté un bon bout de temps, jusqu’à ce que je commence un apprentissage dans une boutique.

 

TNE: Comment décrirais-tu ton style? Peux-tu nous parler de tes principales influences? (Tatoueurs ou autres)

HD: Assez difficile de mettre des mots sur le style que je fais. Mes influences sont majoritairement européennes et je m’inspire surtout des artistes de collage. J’aime aussi l’art hippie des posters de 1970, j’aimerais bien d’ailleurs m’en inspirer un peu plus en 2018 .

 

TNE: Qu’est-ce qui t’a plu et attiré vers ces genres spécifiques  ?

HD: Je voulais m’enligner vers le réalisme ''black and grey'', mais j’aimais bien faire de la couleur en même temps. J’ai vite trouvé que le réalisme ne me donnait pas assez de liberté pour sortir ma créativité. J’adore l’aspect technique, mais j’ai besoin de mettre ma touche et créer. Je considère que mon style est assez polyvalent, ce qui me permet daller chercher une clientèle assez large.

 

TNE: Selon toi, est-ce que le tatouage est une forme d’art ou bien un artisanat  ? Et pourquoi ?

HD: J’ai l’impression que c’est différent pour tout le monde, pour ma part je crois que c’est une forme d’art qui n’a peut-être pas la reconnaissance qu’elle mérite pour l’instant. Mais encore la c’est bien dur à dire, je pense que c’est une opinion qui est vraiment personnelle à chacun.

 

TNE: Pratiques-tu d'autres formes d'arts?

HD: Un peu de peinture une fois de temps en temps, mais je manque vraiment de patience pour m’y mettre plus sérieusement. J’imagine que ça viendra avec le temps, j’aimerais bien que ce soit mon plan B . On verra.

 

TNE: Comment fonctionne généralement l'approche avec ta clientèle? Fais-tu surtout des pièces sur demande où ils puisent dans tes flash?

HD: Je fais beaucoup de flashs, mais il me fait toujours plaisir de faire des ''customs'' !

 

TNE: Quelles sont tes principales philosophies de vie et de travail?

HD: Je ne prends vraiment rien au sérieux et je me considère chanceux d’être où je suis .

 

TNE: Quelle atmosphère préfères-tu pour tatouer? (Musique, aire ouverte avec collègues, salle privée, etc..)

HD: Musique définitivement, peu importe le style, il me faut toujours de la musique en ''background''. Pour le reste, je peux autant travailler en aire ouverte qu’en privé !

 

TNE: Comment décrirais-tu l'évolution de ton travail à travers les années?

HD: Je crois avoir vraiment trouvé mon style depuis 1 an, avant je me cherchais beaucoup et j’ai passé par plein de styles différents, mais j’ai vraiment développé quelque chose qui me fait tripper !

 

TNE: Fais-tu beaucoup de conventions? Qu'est-ce que tu aimes particulièrement en convention? Et n'aime pas?

HD: En 2018 à part Montréal, pour l’instant je n’en ai aucune de planifiée, mais j’en ai fait plusieurs au Canada et États-Unis depuis les 2 dernières années.  Pour l’instant je prends une pause, mais pour les prochaines je vise principalement l’Europe. C’est sur que c’est des fins de semaine exigeantes, mais j’adore quand même ça parce que ça permet de découvrir plein de coins de pays et faire plein de rencontres !

 

TNE: Quel est le but ultime que tu t'es fixé par rapport à ton travail? Qu’est-ce que tu vises?

HD: Le but ultime serait d’avoir une stabilité ici et une clientèle établie un peu partout dans le monde pour me permettre de voyager et pouvoir tatouer peu importe ou je vais! Vive les réseaux sociaux pour ça !

 

MERCI HANS D'AVOIR PRIS LE TEMPS DE RÉPONDRE À NOS QUESTIONS! :)