DÉCOUVREZ ALEXANDRA HEBERT, QUI SERA À TATTOO NOUVELLE ÈRE 2018

Dans cet interview, découvrez l'univers d'Alexandra Hébert, qui sera avec nous cette année au Tattoo Nouvelle Ère 2018. Une jeune artiste qui se démarque par un style bien à elle. Voici ce qu'elle nous a répondu.

alexa1.jpg

TNE : Dans quel studio travailles-tu présentement ? 

AH : Mtl Tattoo, boutique Nord

 

TNE : Depuis combien d'années est-ce que tu tatoues?

AH : 4 ans

 

TNE : As-tu toujours voulu être tatoueur ? Comment en es-tu arrivé là? Qu'est-ce qui t'as poussé vers le métier?

AH : Plus jeune, je voulais être vétérinaire. Je dessinais des animaux partout. Je dessinais des fiches animalières, que j’avais dans une méga encyclopédie que sur les animaux, pour le «fun ». Puis vers mes 15 ans (environ), mon grand frère de 28 ans se faisait tatouer (encore) et avait plusieurs magasines de tatouages. Je me suis mise à faire une fixation là-dessus et à mes 16 ans je voulais devenir tatoueuse et rien d’autre. J’ai fait un DEC en arts au Cégep du Vieux Montréal et puis éventuellement je me suis mise à tatouer.

 

TNE : Comment décrirais-tu ton style? Peux-tu nous parler de tes principales influences? (Tatoueurs ou autres)

AH : Mmm... si j’avais à me placer, absolument dans une catégorie en particulier, je dirais que je me rapproche plus du style neo-traditionnel mais je ne rentre pas tout à fait dans cette catégorie. J’adore beaucoup le dessin d’observation et le réalisme. Je crois que ça joue dans mes dessins et mes tattoos. Ils ne sont pas tout à fait neo-trad et sont très loin du réalisme mais je crois être dans un entre-deux.

 

TNE : Si tu n'étais pas tatoueur, quel serait ton métier?

AH : Si j’avais eu un quelconque talent en chant, je vous aurais dit une comédie musicale style « Broadway »  mais ce n’est tellement pas le cas que je dirais probablement massothérapeute.

 

TNE : Selon toi, es-ce que le tatouage est une forme d’art ou bien un artisanat ? Et pourquoi ?

AH : Pour moi, c’est une forme d’art. Je crois que ça dépend de la façon que l’on approche le tatouage. Si quelqu’un se fait tatouer des pièces que j’ai créées pour le plaisir, quelque chose qui vient de ma tête. J’ai mis temps & énergie et je veux que quelque chose se dégage du projet. Je veux faire ressentir quelque chose, qu’il y aie un éclat de vie à l’intérieur. Donc je dirais un art. Alors si quelqu’un vient me voir pour une pièce « custom », je me dis qu’elle recherche probablement plus (quelque chose de similaire), alors je fais mon possible pour y mettre du miens et faire plus qu’une « commande».

 

TNE : Quels sont tes autres intérêts? passe-temps? 

AH : GAMER, oh oui! Et vivre la vie.

 

TNE : Où trouves-tu ton inspiration? 

AH : J’adore m’inspirer de l’histoire. J’aime créer des «flashs sheets » complètes sur des thèmes comme les vikings, les tsars de Russie, Notre-Dame de Paris, etc.. ou sinon créer des personnages avec un univers particulier. Sans ça, pour moi, je trouve que mes dessins manquent d’éclats de vie ou de profondeur.

 

TNE : Quelles sont tes principales philosophie de vie et de travail?

AH : Rien arrive pour rien. T’es stressée pis t’as une annulation? Relaxe, dessine et déstresse man! Et ça vaut pour la vie en général, tout est question de perspective.

 

TNE : Quelle est ta palette de couleurs préférée? dans la vie vs en tattoo?

AH : Ma palette va variée selon le sujet. Elle est très versatile. J’adore quand il y a vraiment beaucoup de contraste avec le noir (ou le foncé) pour jouer avec le clair/obscure ou du moins, j’essaie.

 

TNE : Quel est le but ultime que tu t'es fixé par rapport à ton travail? Qu-Est-ce que tu vises? 

AH : Que rien ne devienne extrêmement facile, sinon ça devient plate! Que tout soit toujours un petit défi en soit à relever. Un tattoo à la fois!

Merci Alexandra d'avoir répondu à nos questions!

En
Fr